Isolation : zoom sur le déphasage thermique

: zoom sur le déphasage thermique
Notez cet article

Déphasage thermique : qu’est-ce que c’est ?

On désigne sous le terme de déphasage thermique le temps que met la chaleur pour traverser les différentes couches d’isolants et pénétrer à l’intérieur d’une habitation. C’est donc pendant la période estivale que le déphasage thermique prend toute son importance.

Concrètement ; le déphasage thermique dépend non seulement du pouvoir isolant du matériau utilisé mais aussi (et surtout !) de sa capacité thermique. Plus cette caractéristique est élevée, plus le matériau pourra absorber de chaleur. Un peu à la façon d’une éponge qui se gorgerait d’eau.

De l’avis de la plupart des spécialistes, le déphasage thermique d’une habitation doit idéalement se situer aux alentours de 10 heures.

Estimez le prixQuel prix pour une isolation thermique ?Obtenez une estimation immédiate

Déphasage thermique : chaleur et froid, même combat ?

En terme de déphasage thermique, ce qui vaut pour un confort estival ne s’applique hélas pas nécessairement à un confort hivernal. En clair, tous les matériaux isolants ne sont pas égaux face aux pics de chaleur ou aux vagues de froid.

À titre d’exemple, s’il suffirait d’une couche de 16 cm de polystyrène pour assurer une isolation correcte et limiter les déperditions de chaleur, cette épaisseur devrait être portée à 94 cm afin d’empêcher la chaleur non pas de « s’échapper » mais de pénétrer à l’intérieur de la maison. Soit presque six fois plus…

Partant du principe que « qui peut le plus peut le moins », c’est toujours l’épaisseur maximale (et donc estivale) qui s’appliquera lors du choix de tel matériau isolant ou de tel autre. En clair, bien que 17 cm de ouate de cellulose insufflée suffisent à assurer une bonne résistance thermique en hiver, ce sont pas moins de 30 cm qui seront nécessaires pour optimiser le déphasage thermique en été. C’est donc le plus souvent cette dernière valeur (la valeur estivale ou la plus élevée) qui prévaudra.

Déphasage thermique : quelles épaisseurs pour quels matériaux ?

Les performances affichées par les différents matériaux isolants proposés sur le marché sont très variables. Tout comme les épaisseurs requises… Pour reprendre l’exemple du polystyrène, si sa capacité thermique (3 Wh/m3.K) est médiocre, en revanche, celle de la laine de bois (90 Wh/m3.K) est très élevée.

Pour vous aider à vous y retrouver, les épaisseurs le plus souvent conseillées par les professionnels pour assurer un bon déphasage thermique sont (*):

  • pour de la laine de bois (55 / 0,040 / 31) – 18 cm en hiver et 31 cm en été,
  • pour de la ouate de cellulose insufflée (60 / 0,038 / 31) – 17 en hiver, 30 cm,
  • pour de la laine de verre (15 / 0,040 / 5) – 18 cm en hiver et 78 cm en été,
  • pour du polystyrène (7 / 0,035 / 3) – 16 cm en hiver, 94 cm en été.

*(densité en kg/m3 / conductivité thermique en W/m².K / capacité thermique en Wh/m3.K)

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

CONTACT

Pour nous contacter, remplissez le formulaire ci-dessous.

En cours d’envoi
©2010 - 2017 Habitat-trade - Charte d'utilisation
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account