Quelles sont les aides disponibles pour mes fenêtres : CITE, CEE, prime coup de pouce ?



Quelles sont les aides disponibles pour mes fenêtres : CITE, CEE, prime coup de pouce ?
5 (100%) 2 votes

Si vous avez encore un simple vitrage, vous pourrez rapidement constater la différence avec un survitrage ou un double vitrage. La facture d’énergie vous coûtera moins cher et vous n’aurez plus besoin de chauffer autant grâce à un bonus de 3° à 4° C supplémentaires. Si le crédit d’impôt ne couvre plus les dépenses de changement de fenêtres, d’autres aides financières sont toujours d’actualité et peuvent donner un sérieux coup de pouce à votre budget, à condition d’avoir partout ailleurs veillé à la bonne isolation de votre logement. Explications.

Changement de fenêtres : quand est-ce une priorité ?

Etat des lieux fenêtres

Les nouveaux logements sont pourvus de fenêtres à minima à double-vitrage : ceci permet d’isoler du bruit et prévient les déperditions de chaleur. En hiver, vous pouvez gagner de 3° à 4° de chaleur avec un double-vitrage, ce qui n’est pas négligeable ! L’isolation acoustique et surtout l’isolation thermique est aujourd’hui une priorité et les constructions neuves en tiennent compte.

Cependant, si vous habitez dans un logement plus ancien, vos fenêtres sont certainement encore en simple vitrage. Résultat, votre isolation n’est pas au top même si le reste de l’habitat est bien isolé (combles, murs, sols). Les fenêtres qui disposent d’un volet roulant isolant peuvent compenser un peu les déperditions, essentiellement de nuit, lorsque le volet est baissé. En plein été, le volet isolant permet aussi d’isoler de la chaleur extérieure. Toutefois, en plein hiver, vous ne pouvez vous protéger du froid parfaitement à moins de fermer les volets isolants toute la journée. Aussi, dans la période de jour, l’idéal est d’avoir une fenêtre isolante pour éviter toute déperdition de chaleur.

Le simple vitrage peut laisser passer l’air et l’humidité extérieure. Vous pouvez aussi constater la condensation sur les vitres et votre facture de chauffage peut sensiblement augmenter aux périodes les plus froides car vous devrez chauffer davantage avec un simple vitrage.

La solution économique et écologique est donc de changer vos fenêtres pour du double-vitrage ou de faire poser un survitrage. Ceci pourra vous permettre de faire des économies d’énergie et d’économiser jusqu’à 30 % sur la facture.

Soigner le choix du vitrage

Vous obtiendrez une meilleure performance de vos fenêtres en choisissant, l’une des trois formules suivantes :

  • Survitrage : cette technique permet de travailler à partir de l’existant (soit sur une fenêtre simple vitrage si l’état et la qualité du verre le permettent) ;
  • Double-vitrage : l’air circulant entre les deux parois vitrées va renforcer l’isolation des fenêtres.
  • Triple-vitrage : même principe qu’avec le double-vitrage, mais avec une paroi vitrée supplémentaire pour une isolation particulièrement efficace.

Quel que soit le type de vitrage pour lequel vous allez opter, il faut savoir que d’autres critères ont également leur importance pour accroitre la performance de vos fenêtres. Il s’agit par exemple :

  • De la qualité du verre et de son épaisseur,
  • Du type de menuiseries : matériau (bois, aluminium, PVC, etc.) et de la qualité du châssis ;
  • L’espacement inter-vitrage jouera également un rôle important (12 mm ou 16 mm) mais cela sera à évaluer par le professionnel qui fera l’installation.
  • La pose en elle-même ne doit pas être négligée et faite par un menuisier qualifié. Même si vous êtes bon bricoleur, ne vous lancez pas dans ce type de travaux, car la justesse et la technicité de la pose jouent également un rôle important dans la performance thermique des fenêtres.

Bien choisir ses fenêtres : matériau, type, taille, vitrage

Choix des menuiseries fenêtres

La fenêtre bois

Ses plus Ses moins Son coût moyen
(hors pose)
– Matériau esthétique et compatible avec le neuf ou l’ancien ;
– Très bonne isolation (thermique & acoustique) ;
– Petites réparations possibles sans avoir besoin de changer toute une fenêtre.
– Matériau nécessitant de l’entretien moins bien adapté pour les climats très humides type bord de mer.
– Abordable pour des essences classiques, mais si vous préférez des essences de bois plus rare, ce matériau peut représenter un coût important.
– Petites réparations possibles sans avoir besoin de changer toute une fenêtre.

– Comptez entre 450 et 550 euros TTC pour un bois de coût moyen (pin), pour un modèle de fenêtre de taille standard à double vantaux.
– Pensez aux aides financières pour amortir le coût !

Si vous aimez particulièrement le bois mais que vous ne souhaitez pas avoir la contrainte de l’entretien ou que vous habitez dans une région exposée à l’humidité, vous pourrez opter pour le mixte bois/aluminium.

La fenêtre PVC

Ses plus Ses moins Son coût moyen
(hors pose)
– Matériau performant
– Très bonne isolation
– Prix abordable
– Matériau pouvant dégager des substances toxiques en cas d’incendie et peu écologique de ce fait.
– Ce matériau, adapté pour les fenêtres n’est pas suffisamment solide pour les baies vitrées.
– Comptez entre 350 et 400 euros TTC pour un modèle de fenêtre de taille standard à double vantaux.
– Les aides financières pourront encore amortir le coût !

La fenêtre Aluminium

Ses plus Ses moins Son coût moyen
(hors pose)
– Matériau esthétique et résistant pouvant supporter des fenêtres de grandes surfaces (baies vitrées par exemple) ;
– Très bonne isolation thermique ;
– Nécessite peu d’entretien.
– L’aluminium est un matériau cher. – Comptez entre 550 et 620 euros TTC pour un modèle de fenêtre de taille standard à double vantaux.
– Les aides financières pourront faire baisser le prix de la facture globale !

La fenêtre mixte (Aluminium + Bois)

Ses plus Ses moins Son coût moyen
(hors pose)
– Regroupe les avantages des deux matériaux. En utilisant le bois en intérieur, on peut éviter les dommages liés aux intempéries tandis que l’aluminium résiste bien à toutes les conditions extérieures et demande peu d’entretien.
– Très bonne isolation (thermique & acoustique) ;
– Bien adapté pour de grandes tailles de fenêtres.
– Deux matériaux assez chers qui représentent un investissement. Le prix sera d’autant plus élevé si l’essence de bois choisie est plus chère.

– Il vous faudra débourser entre 800 et 900 euros TTC pour un modèle de fenêtre de taille standard à double vantaux.
– Pensez aux aides financières pour amortir le coût !

Faire le bon choix et vérifier la performance de vos fenêtres
Si les aspects esthétique et économique sont importants pour bien choisir vos fenêtres, ne perdez pas de vue la notion de performance. Là, l’avis d’un expert pourra être très utile et nous vous recommandons de consulter au besoin plusieurs professionnels et de demander des devis détaillés.

Pour vous assurer de la performance thermique de vos fenêtres, le professionnel va utiliser un coefficient de transmission thermique (U). Pour le calculer, il va devoir tenir compte des critères suivants :

  • Déperdition d’énergie au niveau du châssis et du vitrage (UW) ;
  • Déperdition d’énergie au niveau du vitrage (UG) ;
  • Niveau de la transmission lumineuse (TL) ;
  • Niveau de la transmission énergétique (G)

Pour que l’isolation thermique soit des plus performantes, il faut que le coefficient de transmission thermique (U) soit le plus bas possible.

Quel type de vitrage pour une meilleure performance ?

Si le matériau a une importance sur la performance thermique, que dire du vitrage ?

Outre l’évidence que le double ou triple vitrage sont plus efficaces qu’un simple vitrage, il faut aussi ajouter que la qualité du verre a également son importance. Cette qualité de verre aura aussi un impact sur le coût de vos fenêtres.

Vous pouvez choisir par exemple :

  • Des verres de type securit pour limiter les effractions (indispensable en rez-de-chaussée si vous n’avez pas de volets ou de systèmes d’alarme) ;
  • Des verres opaques pour des pièces de la maison nécessitant plus d’intimité (salles de bains par exemple) ;
  • Des verres plus esthétiques où l’on peut jouer sur l’aspect (granité par exemple ou coloré).
  • Des verres plus ou moins épais. Sachez que le choix d’un verre de 4 mm d’épaisseur n’a pas le même coût qu’un verre de 6 mm d’épaisseur. De 55 euros/m² pour le premier, on peut passer à 80 euros du m² pour le second.

Quel coût pour l’achat de nouvelles fenêtres ?

Les critères à prendre en compte dans le calcul global
Pour avoir une idée claire de votre facture finale, rien ne remplace le devis chiffré et détaillé fourni par un professionnel. Sachez que de nombreux critères entrent dans le prix d’une fenêtre et qu’il est difficile de faire un chiffrage sans en tenir compte :

– Le matériau choisi ;
– Le nombre de fenêtres à installer ;
– Installation simple ou remplacement (le coût ne sera pas le même s’il faut prévoir la dépose des anciennes fenêtres. En outre, il faut vérifier que les anciens châssis sont réutilisables ou pas) ;
– Le type de fenêtres (fenêtre simple, à vantaux, baies vitrées, fenêtres oscillo-battantes, fenêtre de toit, etc.)
– Le type de vitrage (qualité, épaisseur, etc.).

Installation : choisir un spécialiste

Que vous envisagiez de choisir des fenêtres dans le cas d’une construction neuve ou pour rénover votre maison et apporter une meilleure performance thermique à votre logement, il est conseillé de passer par un spécialiste pour l’installation de vos fenêtres.

D’une part, la pose des fenêtres est une opération pointilleuse et d’autre part, le professionnel vous conseillera et assurera un choix de matériaux et vitrage de haute performance. Certaines aides financières sont attribuées sous conditions, notamment celle de faire appel à un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) ou d’acheter et de faire installer son équipement par la même entreprise pour une facturation moins taxée (TVA réduite).

Le temps de pose, le coût de la main d’oeuvre vont influencer la facture globale. Sachez qu’il faudra plus de temps pour un changement de fenêtres (dépose de l’existant, puis pose des nouvelles fenêtres) que pour une simple pose. Le temps du travail varie aussi selon le nombre de fenêtres à installer et la complexité du travail.

Comptez environ 150 à 250 euros HT pour l’installation d’une fenêtre qui nécessite environ 2 heures de travail.

Aides financières disponibles en 2018 pour l’installation de vos fenêtres

Si, après avoir été revu à la baisse (15 %), le crédit d’impôt n’est plus octroyé depuis le 1er juillet 2018 (CITE 30 %), il reste d’autres aides financières qui vont permettre d’alléger la facture globale pour l’achat et la pose de nouvelles fenêtres performantes.

L’éco prêt à taux zéro (plafonné à 30 000 euros)

Ce crédit sans aucun intérêt est tout à fait bienvenu pour faire un changement de fenêtres. Il est encore accordé par les banques jusqu’au 31 décembre 2018 et concerne les travaux de rénovation énergétique dans l’habitat. Ce prêt est consenti pour des logements achevés au 1er janvier 1990. Il est également obligatoire, pour obtenir ce coup de pouce, de faire réaliser vos travaux par un professionnel RGE.

TVA réduite

Bénéficier d’une TVA réduite au taux de 5,5 % au lieu de l’habituelle TVA à 20 % n’est pas négligeable sur une facture importante. La condition pour en bénéficier est de passer par la même entreprise pour l’achat et la pose de vos fenêtres. Pour en bénéficier, il faudra que votre logement ait plus de deux ans d’ancienneté.

Les primes Energie

Ces primes permettent encore d’obtenir une aide financière non négligeable pour des travaux d’économies d’énergie. Vous devrez veiller toutefois à faire votre demande, devis à l’appui. Attendez d’avoir reçu un accord pour démarrer vos travaux. Là encore, cette prime n’est possible que sous conditions : choix d’un professionnel RGE, preuve de conformité de votre équipement.

Les aides de l’Anah (Agence Nationale de l’Habitat)

L’Anah permet aux ménages les plus modestes d’avoir accès à des travaux de rénovation thermique en octroyant des aides financières. Elles sont calculées selon le revenu du foyer et plafonnées (attention les plafonds ne sont pas les mêmes selon votre lieu de résidence). Ces aides sont accordées pour la réalisation d’un bouquet de travaux pouvant assurer une économie d’énergie de 25 % pour le foyer.

Le chèque énergie

S’il constitue surtout une aide pour payer sa facture de gaz ou d’électricité (ou d’autres énergies), il peut aussi être utilisé pour certains travaux d’amélioration énergétique effectués par un professionnel RGE.

A savoir : changer toutes vos fenêtres aura un meilleur impact sur votre facture annuelle et sur le confort thermique de votre habitat si les autres points clés de la maison (combles, murs, sols) sont bien isolés. Vérifiez bien l’isolation de votre logement et, dans le doute, n’hésitez pas à faire établir un Diagnostic de Performance Energétique (DPE) par un professionnel.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CONTACT

Pour nous contacter, remplissez le formulaire ci-dessous.

En cours d’envoi
©2010 - 2019 Habitat-trade - Charte d'utilisation
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account