Travaux de rénovation : le point sur les aides disponibles

de rénovation : le point sur les aides disponibles
Notez cet article

Travaux de rénovation : vive le crédit d’impôt !

Qu’on se le dise, si les disponibles en cas de réalisation de travaux de rénovation pouvaient voler, le crédit d’impôt « transition énergétique » serait chef d’escadrille. Vous en connaissez beaucoup, vous, des dispositifs fiscaux permettant à un propriétaire ou à un locataire de déduire de leur impôt sur le revenu 30% du montant de travaux de rénovation énergétique (isolation de murs ou de parois vitrées, installation d’équipements de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire fonctionnant au bois ou autre biomasse, etc.) qui auraient été effectués sur leur résidence principale par un artisan ?

Pour peu que l’habitation soit âgée de plus de deux ans, que l’entreprise chargée des travaux soit labelisée RGE et que des matériaux et des équipements suffisamment performants – « thermiquement parlant » – soient utilisés, alors la réduction pourra s’appliquer. Et cela dès la première dépense effectuée. Mais dépêchez-vous, vous avez jusqu’au 31 décembre 2015 pour bénéficier du crédit d’impôt. Au-delà de cette date, les conditions pourraient ne plus être plus aussi avantageuses…

Deux (petits) bémols tout de même… Tout d’abord, rappelons que le crédit d’impôt vise uniquement les dépenses en matériel. Est donc exclu de ce dispositif le coût de la main d’œuvre. De plus, le montant des dépenses réalisées est plafonné à 8 000 € pour une personne seule et à 16 000 € pour un couple soumis à une imposition commune (avec une majoration de 400 € par enfant à charge).

Devis gratuitsJe fais des travaux chez moi !Obtenez 4 devis gratuits et sans engagement

Travaux de rénovation : profitez d’une TVA réduite

En cas de réalisation de travaux d’efficacité thermique (c’est à dire de travaux éligibles au crédit d’impôt), la TVA qui est une taxe portant sur l’achat de matériel et les frais de main d’œuvre sera alors appliquée au taux réduit de 5,5%. Contre un taux de 10% pour des travaux de rénovation « classiques », soit hors rénovation thermique. Comme dans le cas du crédit d’impôt, le bénéficiaire de cette aide pourra être propriétaire de son logement de plus de deux ans mais aussi locataire.

Travaux de rénovation : souscrivez un éco-PTZ

Permettant à un propriétaire d’emprunter jusqu’à 30 000 € à taux zéro (c’est à dire sans intérêt !) afin de financer ses travaux de rénovation énergétique, l’éco-PTZ séduit nombre de Français(es). Comme dans le cas du crédit d’impôt, outre le fait de devoir être éligibles, les travaux réalisés devront avoir être confiés à un professionnel revêtu du label RGE. Pour info, c’est d’ailleurs l’entreprise en charge du chantier elle-même qui est désormais chargée de sélectionner les dossiers de financement. Et non plus les banques.

Enfin, si l’extension du dispositif aux copropriétaires (le tant attendu éco-PTZ « collectif ») n’a toujours pas été mis en place, il est toujours possible de cumuler, sous conditions, crédit d’impôt et éco-PTZ. Il convient alors de respecter les plafonds de ressources prévus. Dans le cas d’une personne seule, le revenu fiscal de référence de l’année n- 2 ne devra pas dépasser 25 000 €. Ce plafond sera porté à 35 000 € pour un couple et une majoration 7 500 € s’appliquera par personne à charge surnuméraire.

Travaux de rénovation : démarchez les banques

Il arrive que les banques elles-mêmes proposent des prêts adaptés au financement des travaux de rénovation énergétique. Auprès de certaines enseignes, il est notamment possible d’emprunter de 3 000 à 21 500 € sur une durée de 12 à 84 mois au taux de 4,5% (hors assurance). Pour en bénéficier, les travaux effectués doivent être éligibles au crédit d’impôt.

Travaux de rénovation : faites-vous financer par vos fournisseurs d’énergie

Certains travaux de rénovation (isolation de combles, acquisition d’une nouvelle chaudière ou remplacement d’un appareil ancien, pose de fenêtres, etc.) peuvent faire l’objet d’un financement auprès de EDF et de GDF. Le propriétaire du logement qui hébergera le chantier pourra ainsi emprunter auprès de GDF SUEZ DolceVita une somme allant de 4 000 à 21 500 € à un taux situé entre 0 et 4,55% (TEG). S’il sollicite un prêt Bleu Ciel auprès de EDF, il pourra alors emprunter de 1 500 à 75.000 € à des taux compris entre 0,85 % et 3,35 % (TEG).

Travaux de rénovation : jouez la carte « primes d’énergie »

Afin d’encourager les ménages à entreprendre des travaux de rénovation énergétiques, l’État a mis en place des primes. Celles-ci – d’un montant de plusieurs centaines d’euros – peuvent être obtenues auprès de fournisseurs et de distributeurs d’énergie (EDF, GDF, Auchan, Carrefour, Leclerc, Total…). Attention, à partir du 1er juillet 2015, seuls les travaux qui auront été confiés à des entreprises labelisées permettront de profiter de ces primes d’énergie.

Travaux de rénovation : tournez-vous vers l’Anah

Afin que les ménages les plus modestes puissent échapper à la précarité énergétique, ils peuvent se voir allouer des aides spécifiques auprès de l’Anah (Agence nationale de l’habitat). Selon le cas, les subventions ainsi débloquées pourront couvrir jusqu’à la moitié des travaux entrepris s’ils visent à améliorer les performances énergétiques du logement qui en aura fait l’objet. Ces travaux verront, quant à eux, leur montant plafonné à 50 000 €.

De même, il faut savoir les collectivités locales et territoriales (régions, départements, communes, etc.) accordent parfois des aides (subventions, prêts bonifiés, etc.) lors de la réalisation de travaux de rénovation énergétique.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

CONTACT

Pour nous contacter, remplissez le formulaire ci-dessous.

En cours d’envoi
©2010 - 2017 Habitat-trade - Charte d'utilisation
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account