La maison 2.0 sera autonome



La maison 2.0 sera autonome
Notez cet article

La maison connectée existe déjà si l’on en juge par l’expansion de la domotique, qui au fil des ans a connu une baisse globale de son coût et a bénéficié des nouvelles technologies. De même, l’apparition des smart buildings et d’autres moyens permettent de nous simplifier de plus en plus les tâches quotidiennes. Comme le souligne ComScore qui a réalisé une étude sur les enceintes de commandes vocales, en 2020, une recherche sur deux se fera par la voix. Et l’on parle déjà de révolution technologique !

La maison connectée d’aujourd’hui et de demain

Aujourd’hui, de nombreux actes de la vie quotidienne peuvent être simplifiés grâce aux nouvelles technologies. Sans y prêter vraiment attention, nous utilisons déjà avec aisance des commandes à distances dans la vie de tous les jours :
– télécommandes pour allumer un téléviseur, mettre en route une chaine Hifi, ouvrir un portail électrique, une porte de garage, un abri de piscine, etc.
– commandes à distance via un smartphone pour ouvrir ou fermer les volets, mettre en route un climatiseur ou un système de chauffage, grâce à une installation de domotique ;
– pré-enregistrement chez soi, via un ordinateur de commandes (mise en route d’une alarme tous les jours à telle heure, fermeture des volets, ouverture du garage, etc.)…

Que ce soit à titre individuel ou collectif où le terme de smart building (bâtiments intelligents) englobe plusieurs appartements et permet de veiller à des contrôles réguliers comme ceux concernant la bonne performance thermique d’un bâtiment, les éventuelles fuites énergétiques et leur localisation, la sécurité du bâtiment dans son ensemble, etc. Bref, la maison connectée s’est étendue à des quartiers entiers et permet d’apporter aide et amélioration sur des bâtiments publics comme les maisons de retraites, les centres scolaires, etc.

Certes, tout particulier n’a pas toujours les moyens de passer à la domotique mais reconnaissons que ce système est bien pratique et peu même, dans certains cas, ouvrir droit à certaines aides. C’est le cas si vous avez un parent très âgé mais en bonne santé et souhaitant rester dans sa maison. Pour lui garantir plus d’autonomie, sans avoir systématiquement besoin d’envoyer quelqu’un pour l’aider dans les gestes répétitifs, l’installation d’un système de domotique (ouverture et fermeture automatique des volets, vérification de la température ambiante ou mise en route de la climatisation à distance ou déclenchement d’une alarme le soir) peu simplifier le maintien dans la maison d’une personne âgée.
Tout cela c’est aujourd’hui et cela évolue encore car bientôt plus aucune commande ne passera par les touches d’un clavier mais la voix suffira et ce futur n’est pas si loin. Tout ce qui change avec la maison 2.0

Le futur « proche » ce n’est plus appuyer sur des touches ou écrire un ordre sur son smartphone pour l’envoyer afin de commander à sa maison. On passe à l’étape supérieure avec l’arrivée en force sur le marché des appareils à commande vocale et l’on parle déjà de la prochaine révolution technologique.
Les haut-parleurs intelligents envahissent les boutiques et les sites internet. Qu’ils s’appellent : Apple HomePod, Amazon Echo ou Google Home, les fabricants rivalisent de technologie pour satisfaire un public qu’ils espèrent nombreux.

Selon les marques, les prix et fonctionnalités peuvent être différents. Les fabricants reconnaissent aussi qu’il existe encore un travail à faire sur la meilleure façon de préserver les données des utilisateurs et d’éviter le piratage de ces nouveaux appareils.
Si Amazon a été le premier à investir dans cette nouvelle technologie et à conquérir le globe, c’est par Google Home que la France a pu connaître la première enceinte de ce type à l’été 2017. Bien que l’accueil du public français ait été plutôt tiède, d’autres fabricants se sont vite joints à Google Home.
Ainsi, Amazon et sa gamme Echo, puis Apple et son HomePod ont précédé d’autres candidats comme Orange pour le Djingo. Toutes ces enceintes qui envahissent le marché ont en commun un design compact et une technologie de pointe. Côté prix, les coûts vont s’échelonner selon le modèle et le fabricant choisis :

A titre indicatif :
– Le HomePod d’Apple est lancé sur le marché à 349 euros ;
– Google Home est disponible à 149,99 euros ou dans une version miniature à 59,99 euros
– Amazon lance un modèle Echo Dot à 29,99 euros et d’autres modèles compris entre 49,99 euros et 99,99 euros selon les fonctionnalités.

Ces enceintes sont capables de synthétiser les habitudes du foyer et leurs comportements.

La commande vocale peut sur certaines enceintes permettre des actions telles que :
– Effectuer des recherches sur internet à votre place,
– Jouer de la musique (recherche d’un titre sur Deezer),
– Lancer des vidéos (recherche sur Netflix ou YouTube),
– Informer (actualités, prévisions météorologiques),
– Gérer votre agenda, vos déplacements (consulter les horaires de train, réserver un restaurant, etc.),
– Contrôler les équipements connectés (domotique),
– Etc.

Les avantages d’une maison connectée et quelques inconvénients

La maison connectée qui répond au doigt et à l’œil – et à votre voix – permet de gagner du temps, mais aussi :
– d’optimiser ses actions (recherches rapides et facilitées),
– de faire des économies (économies d’énergie en commandant la température ou en programmant la fermeture des volets),
– de mieux s’organiser (gestion de l’agenda, réservations de divertissements, etc.) ;
– de ne rien oublier (rappel des éléments importants).

Pour ce qui est des moins, il reste encore quelques efforts à faire pour sécuriser les données et éviter le piratage de tels outils. Comme lors du lancement du premier smartphone, tout ne peut pas être absolument parfait dès le premier modèle. Il faut donc compter sur certains ajustements en matière de sécurité des données notamment. En outre, l’utilisateur a son rôle à jouer pour la protection de ses données privées (voir plus loin).
Par exemple, si l’on considère que le HomePod a un meilleur son et est moins intrusif il reste cependant assez cher pour le budget moyen de la population. D’autres modèles peuvent être plus abordables mais ne pas offrir la même technicité. Il reste donc pour tous à travailler sur les derniers détails.
Quant au consommateur, il lui revient d’apprendre à bien se servir de son enceinte et à être aussi vigilant que lorsqu’il surfe sur internet.
Pour mémoire, petit rappel des règles de sécurité selon les conseils de l’autorité française de protection des données personnelles :
– coupez systématiquement le micro de l’enceinte lorsque vous ne l’utilisez pas ;
– Coupez le micro dès que vous recevez du monde chez vous ;
– Pensez à supprimer l’historique des conversations comme vous le faites sur votre ordinateur lorsque vous surfez sur plusieurs sites ;
– Ne laissez pas vos enfants s’en servir en votre absence ;
– Ne confiez pas à votre enceinte vocale des actions comme la gestion de vos serrures ce qui, en cas de piratage, peut entrainer des risques pour la sécurité de votre maison.
Efforcez-vous d’utiliser cet outil avec discernement et apprenez de temps en temps à faire certaines actions par vous-même. Par exemple, les recherches sur internet peuvent fournir un résultat lambda (sélectionné après compulsion de plusieurs sites) mais si vous aviez fait vous-même la recherche, vous n’auriez peut-être pas forcément arrêté votre choix sur ce type d’information. Certes utiles en termes de rapidité et de gain de temps, ces appareils doivent cependant savoir céder leur place à leur propriétaire afin qu’il fasse aussi ses propres choix.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CONTACT

Pour nous contacter, remplissez le formulaire ci-dessous.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account