Tonnelle, pergola, toit-terrasse : aménagez votre extérieur

Tonnelle, pergola, toit-terrasse : aménagez votre extérieur
Notez cet article

Option n°1 : la tonnelle

« Ah ! Le petit vin blanc. Qu’on boit sous les tonnelles ». Comme le rappelle cette chanson (l’abus d’alcool étant, nous vous le rappelons, dangereux pour la santé !), les tonnelles sont bien souvent synonymes de convivialité. En effet, elles permettent de se protéger élégamment des grandes chaleurs et de profiter d’une terrasse parfaitement ombragée. Qu’elles soient adossées à la façade de la maison, autoportées ou pliantes, les tonnelles se distinguent des pergolas par le fait que leur toit n’est pas plat mais de forme pointue ou arrondie. De plus, il est traditionnellement fermé.

Tonnelles : quels sont leurs avantages ?

En plus d’apporter du cachet à  votre extérieur, les tonnelles vous permettent de laisser libre cours à votre fantaisie tant le choix de formes (rondes, ovales, carrées) et de dimensions disponibles est large.

Les tonnelles adossées ou autoportées (constituées le plus souvent de tubes en aluminium, de tentures ainsi que de rideaux et fixées au sol par des vis ou des sardines) résistent bien à la pluie et ne craignent pas le soleil. L’entretien d’une tonnelle dépend essentiellement du matériau pour lequel vous aurez opté : structure en métal, en fer forgé, en aluminium, pin, teck…

Si les tonnelles adossées (ou permanentes) permettent de gagner une pièce supplémentaire, les modèles pliants ou autoportés jouent la carte de la mobilité. En effet, ils peuvent aisément être démontés et déplacés.

Devis gratuitsJe fais des travaux chez moi !Obtenez 4 devis gratuits et sans engagement

Tonnelles : quels sont leurs inconvénients ?

À défaut d’investir dans une tonnelle pliante (aussi appelée « Barnum »), l’installation d’une tonnelle adossée ou autoportée nécessitera que vous effectuiez des travaux d’aplanissement du sol et de couler une dalle de béton au préalable.

À l’instar d’une pergola, une tonnelle étant généralement destinée à être habillée de fleurs et de plantes grimpantes (glycine, chèvrefeuille, jasmin, clématite, vigne vierge…), il sera nécessaire de procéder à un entretien régulier de toute cette verdure. À défaut, le poids de la végétation recouvrant votre tonnelle pourrait finir par la faire céder. Ou encore des insectes indésirables (guêpes, frelons) pourraient venir y élire domicile…

Tonnelles : combien ça coûte ?

Une tonnelle vous reviendra à un prix situé entre 500 € (pour une tonnelle-terrasse en bois de dimensions réduites) jusqu’à 5 000 € pour un modèle plus imposant en fer forgé.

Option n°2 : la pergola

Bien qu’elles soient très semblables aux tonnelles et qu’elles servent toutes deux à la fois d’abris et de protections, les pergolas ont un toit plat. Mais à l’instar des tonnelles, les pergolas peuvent être « murales » (c’est à dire adossées à un bâtiment), démontables ou encore autoportées. De plus, elles sont, elles aussi, très souvent recouvertes de plantes grimpantes.

Pergolas : quels sont leurs points forts ?

Esthétiquement parlant, les pergolas n’ont aucun complexe à avoir face aux tonnelles ou aux toitures-terrasses. En bois, elles s’intégreront parfaitement à votre . En fer forgé, elles donneront du cachet à votre propriété. En aluminium, elles conviendront parfaitement aux constructions modernes. En PVC, elles seront d’une grande facilité à installer.

Il est à noter que les pergolas à lames orientables sont particulièrement prisées. Leur toiture composée de lattes thermolaquées est capable de s’ouvrir ou se fermer en fonction du temps qu’il fait. S’il pleut, les lattes s’écarteront juste assez pour empêcher la pluie de passer tout en permettant à l’air de circuler. En cas d’averse, les lattes se fermeront complètement, garantissant ainsi une parfaite étanchéité. En revanche, en cas de grosse chaleur, elles s’écarteront suffisamment pour laisser passer la lumière tout en permettant à la terrasse que la pergola abrite d’être à l’ombre.
Si elles modifient l’inclinaison des lattes qui composent leur toiture afin d’optimiser la luminosité aux conditions climatiques, les pergolas à lames orientables sont également capables de résister à des vents soufflant jusqu’à plus de 150 km/h.

Pergolas : quels sont leurs points faibles ?

Côté entretien, les pergolas ont les défauts des matériaux qui les composent. En clair, une pergola en toile devra être conservée à l’, une pergola en fer devra bénéficier régulièrement d’un traitement anti-corrosif, une pergola en bois devra, quant à elle, être traitée pour résister à l’humidité et une pergola en PVC sera d’un entretien aisé mais aura une durée de vie limitée…

Enfin, dans le cas des tonnelles comme des pergolas, le vent peut s’engouffrer sur les côtés. À la différence d’une véranda…

Pergolas : combien ça coûte ?

À l’achat, une pergola à lames orientables coûte aux alentours de 7 000 €. Pour une pergola d’entrée de gamme, comptez 500 € environ. Et jusqu’à 5 000 € pour un modèle en aluminium.

Pergolas et tonnelles : faut-il un permis de construire ?

La nécessité de faire une demande de permis de construire pour sa tonnelle ou sa pergola dépend de la surface au sol de celles-ci. Au-delà de 20 m2, un permis de construire est obligatoire. En-dessous de 20 m2, une simple déclaration préalable de travaux est suffisante.

Option n°3 : la toiture-terrasse

Il est tout à fait possible d’aménager une terrasse sur le toit de sa maison. Afin de prévenir tout risque d’effondrement, il est toutefois nécessaire de s’assurer préalablement auprès d’un professionnel que la structure du bâtiment sera capable de supporter le surpoids occasionné. D’autre part, il est utile de préciser qu’un permis de construire est non seulement obligatoire en cas de réalisation d’un toit-terrasse mais qu’en présence d’une copropriété, l’accord de cette dernière devra être obtenu.

Toits-terrasses : quelles sont leurs qualités ?

Visuellement, il faut bien avouer qu’il est particulièrement agréable de profiter d’une terrasse située sur le toit de son habitation ou d’une dépendance. Les possibilités aussi bien architecturales qu’esthétiques sont nombreuses. Côté revêtement, il est possible d’opter pour du bois, du béton, de la pierre ou du carrelage. Mais il est également permis d’investir dans une toiture végétalisée.

De plus, le gain de place est important et ce type d’ est particulièrement appréciable si le terrain dont vous disposez est de faible superficie.

Enfin, et en fonction de l’épaisseur de la toiture-terrasse, l’inertie thermique de l’habitation pourra être améliorée. En clair, il y fera plus frais l’été et l ‘hiver, les calories s’en échapperont plus difficilement. Les toits végétalisés affichent d’excellentes performances énergétiques.

Toits-terrasses : quels sont leurs défauts ?

L’étanchéité est le talon d’Achille des toitures-terrasses. C’est pourquoi il est conseillé de procéder à la pose d’une membrane d’étanchéité.

De plus, il est indispensable de prévoir une légère dénivellation (3%) afin que les eaux pluviales puissent être évacuées. Sans quoi, des problèmes d’humidité seraient à craindre.

Enfin, il est fortement conseillé (surtout si l’on a des enfants) d’installer des garde-corps autour de sa toiture-terrasse afin de prévenir les chutes. éventuelles.

Toits-terrasses : combien ça coûte ?

Il est difficile de chiffrer la réalisation d’un toit-terrasse. En effet, le coût dépendra de la superficie mais aussi des matériaux utilisés et de la complexité du chantier. Pose incluse, il semblerait toutefois qu’il faille compter sur un budget avoisinant les 100 € du m2.

 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

CONTACT

Pour nous contacter, remplissez le formulaire ci-dessous.

En cours d’envoi
©2010 - 2017 Habitat-trade - Charte d'utilisation
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account