Déperditions de chaleur : comment les limiter ?

Déperditions de chaleur : comment les limiter ?
Notez cet article

Fenêtres : de 10 à 15% de la chaleur s’en échappe !

À surface équivalente, les pertes calorifiques imputables aux vitrages d’une habitation sont jusqu’à 10 fois plus importantes que celles des murs…

Qu’on se le dise : le meilleur moyen d’empêcher que la chaleur ne s’échappe par les fenêtres consiste à procéder à leur rénovation. Outre le crédit d’impôt qui permet de réduire son impôt sur le revenu d’une partie des dépenses occasionnées par des de rénovation énergétique effectués dans sa résidence principale (bonne nouvelle, le remplacement des fenêtres en fait partie !), la TVA à 5,5% s’applique aussi aux d’installation des fenêtres. Dans tous les cas, les doivent avoir été réalisés par un professionnel (qui devra même être reconnu RGE à compter du mois de janvier 2015 dans le cadre du crédit d’impôt), utiliser des matériaux et des équipements répondant aux critères de performances requis et se dérouler dans une habitation de plus de deux ans d’ancienneté.

Mais si pour une raison quelconque, vous ne souhaitez faire procéder au remplacement de vos fenêtres, vous pouvez toujours limiter la casse. Comment ? En posant un film plastique thermorétractable sur les montants de vos fenêtres, en les calfeutrant à l’aide de joints de calfeutrage ou en optimisant l’utilisation de vos volets. Vous les fermerez les volets le soir venu, quand la température commencera à chuter pour les ouvrir dès le matin et profiter de la chaleur fournie par les rayons du soleil.
Attention, sachez toutefois que le fait de calfeutrer ses fenêtres peut contribuer à aggraver d’éventuels problèmes d’humidité.

Murs : de 20 à 25% de la chaleur les traverse

Isoler les murs de son logement, que ce soit par l’extérieur ou par l’intérieur, permet de réduire considérablement les pertes calorifiques d’une habitation et de réduire sa consommation énergétique. Côté budget, comptez sur une enveloppe allant de 4 000 € et 16 000 € pour un logement de 120 m2.. Pour une par l’intérieur, il vous en coûtera environ 60 €/m² contre 150 €/m² dans le cas d’une par l’extérieur. Cette dernière est certes plus coûteuse mais aussi plus performante que la simple par l’intérieur.

Quelle que soit la méthode choisie, sachez qu’il est possible d’amortir le coût d’investissement de l’isolation de vos murs. En effet, le crédit d’impôt permet de bénéficier, sous conditions, d’un avantage fiscal de 30%. On peut d’ailleurs profiter de cette aide financière même si l’on n’est pas imposable via un chèque envoyé par les pouvoirs publics.

De plus, la TVA à 5,5% s’applique aux travaux d’isolation effectués sur les murs d’un logement. Mais comme indiqué précédemment, les matériaux et équipements utilisés devront répondre à des normes thermiques bine définies.

Combles : à l’origine de la fuite d’entre 25 et 30% de la chaleur d’une maison

Avec jusqu’à un 1/3 de la chaleur d’une habitation se faisant la belle par les toits, l’isolation des combles est une priorité si l’on veut faire baisser sa facture énergétique.

S’il est possible de réaliser soi-même les travaux d’isolation de ses combles, il est toutefois fortement recommandé de faire appel à un professionnel. Non seulement pour une question d’efficacité mais aussi pour pouvoir bénéficier d’ telles que crédit d’impôt, TVA à 5,5% ou encore coups de pouce de l’Anah.

Plusieurs isolants existent sur le marché. Leurs coûts et leurs performances varient (la laine de verre est largement plébiscitée) mais globalement, sachez qu’en passant par un professionnel, il vous en coûtera autour de 50 €/m² pour isoler efficacement (et de façon durable !) vos combles. Pour une enveloppe allant de 2 000 à 10 000 € pour une rénovation totale de la toiture d’une habitation.

Pour info, sachez également qu’en plus des trois poste précédents (fenêtres, murs, toiture), d’autres portes de sortie sont empruntées par la chaleur pour quitter nos habitation. Il convient donc de na pas les négliger. À titre d’exemple, entre 5 et 10% de la chaleur fuite via les ponts thermiques, de 20 à 25% s’échappe via l’air renouvelé et entre 7 et 10% se fait la belle via les planchers bas. À vous de jouer !

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

CONTACT

Pour nous contacter, remplissez le formulaire ci-dessous.

En cours d’envoi
©2010 - 2017 Habitat-trade - Charte d'utilisation
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account